Thérèse Berganza

Article

May 25, 2022

Teresa Berganza Vargas OAXS (16 mars 1933 - 13 mai 2022) était une mezzo-soprano espagnole. Elle est plus étroitement associée à des rôles tels que Rosina et La Cenerentola de Rossini, et plus tard Carmen de Bizet, admirée pour sa virtuosité technique, son intelligence musicale et sa présence scénique séduisante. Berganza était un chanteur clé dans une renaissance de Rossini qui a exploré des opéras moins joués et restauré les rôles principaux au registre mezzo. Elle a joué le rôle de Zerlina dans le film Don Giovanni de Joseph Losey en 1979. Elle a participé aux cérémonies d'ouverture de l'Expo '92 à Séville et des Jeux olympiques d'été de 1992 à Barcelone.

Vie et carrière

Teresa Berganza est née à Madrid le 16 mars 1933. Elle étudie le piano et le chant au Conservatoire Royal de Madrid, chant avec Lola Rodríguez Aragón, où elle obtient le premier prix de chant en 1954. Elle fait ses débuts en concert à Madrid en 1955.Berganza fait ses débuts à l'opéra dans le rôle de Dorabella dans Così fan tutte de Mozart en 1957 au Festival d'Aix-en-Provence. Cette même année, elle fait ses débuts à La Scala. Elle est apparue pour la première fois au Festival de Glyndebourne en 1958, dans le rôle de Cherubino dans Les Noces de Figaro de Mozart, et plus tard également dans le rôle-titre de La Cenerentola de Rossini. En 1959, Berganza fait sa première apparition au Royal Opera House en tant que Cherubino, et l'année suivante y joue le rôle de Rosina dans Il barbiere di Siviglia de Rossini, qui devient l'un de ses rôles phares. Elle le répète à l'Opernhaus Zürich, où elle revient en 1979 dans le rôle de Charlotte dans le Werther de Massenet. Elle est apparue aux États-Unis d'abord en 1958, à l'Opéra de Dallas dans le rôle d'Isabella dans L'italiana in Algeri de Rossini, puis dans celui de Neri dans Médée de Cherubini aux côtés de Maria Callas dans le rôle-titre. En 1967, elle fait ses débuts au Metropolitan Opera, à nouveau dans le rôle de Cherubino, mis en scène par Nikolaus Lehnhoff lors de ses débuts à la maison, et dirigé par Joseph Rosenstock, aux côtés de Cesare Siepi dans Figaro, Mirella Freni dans Susanna, Tom Krause et Pilar Lorengar dans le couple Almaviva. Elle est revenue pour Rosina l'année suivante, d'abord dans une performance télévisée dirigée par Richard Bonynge, aux côtés de Mario Sereni dans le rôle de Figaro, Luigi Alva et Fernando Corena dans le rôle de Bartolo. Un critique du New York Daily News a noté: Mais la renaissance s'est vraiment distinguée par la présence de Teresa Berganza dans le rôle de Rosina. La mezzo-soprano espagnole n'avait jamais chanté le rôle avec la compagnie auparavant, bien qu'elle ait été une récitaliste bien connue ici, et son chemin avec la musique de Rossini est très admiré. Elle est certainement la Rosina la plus charmante du Met depuis sa compatriote Victoria de los Angeles. Comme elle, elle chante la musique dans le grave, ce qui la rend beaucoup plus attrayante pour l'oreille que le pépiement constant des sopranos coloratures auquel on est habituellement soumis. Petite et sombre, sinon exactement petite, Miss Berganza est assez enchanteresse à regarder, une actrice agréable sinon volatile, et une chanteuse d'un grand style et d'une grande habileté. Elle éclairait la scène chaque fois qu'elle y était, sans faire aucune tentative pour le faire. Berganza était un chanteur de premier plan pour une renaissance des opéras de Rossini, ramenant les rôles au registre inférieur d'origine selon les éditions critiques d'Alberto Zedda, promues par des chefs d'orchestre tels que Claudio Abbado et Charles Mackerras. Berganza est apparue au Festival d'Édimbourg de 1977 dans le rôle de Carmen de Bizet, dirigée par Abbado, considérée comme l'un de ses plus grands succès sur scène, et a répété le rôle à l'Opéra de Paris. Elle a dépeint le personnage avec intelligence, chantant la Habanera avec la souplesse d'une chanteuse de lieder, et des changements brusques de timbre et de dynamique, s'adressant apparemment à la foule mais signifiant une personne, sur un ton légèrement provocant démontrant la supériorité. En tant que récitaliste, Berganza l'a fait Débuts au Carnegie Hall en 1964. Son répertoire de concert comprend des chansons espagnoles, italiennes, françaises, allemandes et russes. De 1957 à 1977, Berganza est mariée au compositeur et pianiste Félix Lavilla, qui l'accompagne dans des récitals et des enregistrements. Le couple a eu trois enfants, dont la soprano